Rechercher
En ligne
  • ... Membres
  • ... Visiteurs
  •  
  • 1596 Membres
  • 3663 Chroniques
  • 18726 News
Heavy Chat
  • Chargement...
Firewind + Dyslesia + Kiuas + Holy Pain
Lieu : Lyon (Marché Gare) Reporter: Bonobo & The Inner Circle Date : 12-11-2008
En pleine tournée européenne pour assurer la promotion de leur dernier album, “The Premonition”, les grecs de Firewind n'oublient fort heureusement pas la France et nous gratifient de quatre dates dans l'hexagone (Paris, Lyon, Toulouse et Colmar). L'affiche, initialement prévue avec Brainstorm (remplacé un temps par Adagio), est finalement partagée avec Dyslesia sur les trois dernières dates françaises (Heavenly ayant tenu ce rôle à Paris). Pour la date lyonnaise uniquement, s'ajoute en première partie le jeune groupe Holy Pain...

En ce frais mercredi soir du 12 novembre, direction le Marché Gare... Le temps de naviguer dans les rues du quartier afin de trouver une place de parking et nous arrivons (juste à temps) devant la salle de concert où s'accumule déjà un petit nombre de fans. Je laisse The Inner Circle s'entretenir en tête à tête avec le groupe Firewind (ai-je raison de m'inquiéter? NdTIC: Hmmm, si tu savais...hahaha) et je m'attarde quelques temps devant les stands de merchandising...

A l'ouverture des portes, premier constat: la salle est loin d'être pleine! Une petite centaine de personnes tout juste semble avoir fait le déplacement. Une situation un peu regrettable (et qui ne redore pas l'image du public français) mais qui s'améliorera légèrement au cours de la soirée...




HOLY PAIN


Les lyonnais ont la lourde tâche d'ouvrir les hostilités... Une position ardue à négocier mais Holy Pain se défend bien, et s'en sort avec les honneurs devant un parterre, certes clairsemé, mais tout de même attentif..
image
Le groupe, qui vient de sortir son premier album “Among Religions”, évolue dans un Heavy Metal puissant et carré, qui laisse entrevoir par instants l'influence de Metallica... Si la musique du combo peut paraître assez 'simple' au premier abord (comprendre par là 'direct', et non 'simpliste', loin de là...), elle s'avère relativement technique dans son interprétation : riffs assassins (sur"Another Day" par Nicolas), soli de guitare endiablés (Hugo), batteur appliqué (Jean-Christophe) et bassiste véloce (Nicolas et sa six-cordes)... Tout ici tiens sérieusement et solidement la route !
image
Chaque musicien semble particulièrement concentré sur son jeu, cherchant probablement à donner le meilleur de lui-même... Mais du coup, le show paraît un peu trop statique malgré les interventions de David pour chauffer le public. Se chargeant à la fois des ses parties de guitares et du chant, il lui est difficile de pouvoir arpenter la scène et de faire le spectacle. D'autant plus qu'il semble, parfois, assez mal à l'aise pour assurer pleinement les vocaux et que son micro nous a paru un peu trop en retrait dans le mix.
image
Pour résumer, Holy Pain nous offre des morceaux énergiques et percutant en 'live', faits de refrains accrocheurs et des breaks efficaces. De quoi espérer un avenir prometteur pour les lyonnais qui, à l'évidence, mettent beaucoup de conviction dans leur prestation scénique. Ce qui leur vaudra, d'ailleurs, une salve d'applaudissements méritée à la fin du concert.




KIUAS

Setlist:
The Decaying Doctrine / Of Sacrifice, Loss and Reward / Of Ancient Wounds / The New Chapter / Warrior Soul / Across The Snows


Second groupe de la soirée, Kiuas monte sur scène et nous assène, sans perdre une seconde, un Metal redoutable, fusionnant vitesse, puissance et mélodie ! Et si la musique des finlandais est déjà puissante sur CD, elle se voit littéralement décuplée en condition 'live'...
image
Ilja Jalkanen (chant) semble totalement “possédé” par la musique et les textes : il se démène comme un fou furieux sur scène, saute dans tous les sens, headbangue à se rompre le cou, et interprète chaque morceau avec ses tripes... Bref, il se donne véritablement “à fond” !!! Et il en va, bien évidemment, de même pour les autres musiciens : Mikko Salovaara (guitare) et Teemu Tuominen (basse) ne cessant de poser dans tous les sens possibles et inimaginables !
image
Niveau setlist, on ne pouvait faire plus équitable ! Sur les six titres joués ce soir, les deux premiers sont issus du dernier album en date ("The New Dark Age", sorti cette année), les deux suivants sont extraits de leur second opus ("Reformation" de 2006) et enfin les deux derniers proviennent de "The Spirit Of Ukko" (2005) leur première réalisation... Si le public, dans son ensemble, ne connait pas encore par cœur le répertoire des finlandais, cela ne l'empêche pas d'apprécier pleinement la performance du groupe et de participer au show... Il n'hésitera pas, d'ailleurs, à “jumper” sur un rythme endiablé, à la demande du chanteur !
image
Bonne humeur et plaisanteries règnent ce soir sur scène... Le sourire aux lèvres, Ilja s'est fendu de quelques petits discours dans un français plus ou moins approximatif (allant jusqu'à demander à l'un des fans du premier rang de servir d'interprète pour chauffer la salle), et présentera au public le claviériste Jari "Bailando" Pailamo (Ponies to Kill), qui remplace Atte Tanskanen sur la tournée, sous le surnom de Legolas !!! Il faut avouer que ce dernier possède une ressemblance troublante avec le personnage du Seigneur des Anneaux dans sa version cinématographique... A noter, pour information, que le batteur habituel du groupe, Markku Näreneva, est également absent de la tournée et se voit remplacé par Patrik Palatz (Born of Thorns).
image
Au final, le concert fut une véritable débauche d'énergie de la part d'un groupe au professionnalisme évident et bien rôdé aux conditions 'live'... Il aura su faire monter la température d'un cran au sein du public, grâce à son Metal accrocheur et à une attitude scénique dignes de véritables guerriers !!! Malheureusement, le concert passera (trop) vite et, malgré la demande du public, il n'y aura pas de rappels, le groupe ne pouvant bénéficier d'un set plus long sur cette date. On ne peut alors souhaiter qu'une seule chose : vivement un nouveau passage en France !




DYSLESIA

Setlist:
Dependence / Earthquakes / Who Dares Wins / Face / Golden Path / Beware / Illusion / Rest In Space


En début d'année, Dyslesia a marqué son retour avec un nouvel album, "In veins, hearts, and minds...". Et visiblement, les lyonnais sont heureux de retrouver la scène pour le défendre, vu le sourire affiché par certains. Cependant, il est étonnant (et triste) de voir que la salle n'est pas entièrement remplie ce soir, car le groupe évolue chez lui où il possédait, il y a encore peu, une solide fan-base (en témoigne leur DVD "Story And Live" sorti en 2004). Le long silence du combo, entre 2004 et 2008, lui aurait-il couté cher en popularité?
image
Quoiqu'il en soit, Dyslesia repart cette année sur les routes, bien décidé à reconquérir sa place de leader sur la scène Metal hexagonale... Et d'entrée de jeu, le groupe trouve ses marques et ce ne sont pas quelques petits soucis techniques en début de concert (dont des samples capricieux) qui vont entamer la détermination du groupe et sa bonne humeur communicative...
image
Le concert de ce soir fait logiquement la part belle aux morceaux issus du dernier opus (Dependence, Earthquakes, Face, Golden Path, Illusion), lesquels passent d'ailleurs parfaitement bien l'épreuve du "live". Toutefois, ces titres ne semblent pas être encore pleinement connus du public. Du coup, ce sont les plus anciens (Who Dares Wins, Beware, Rest in Space), issus de l'album "Who Dares Wins" (2001), qui remportent le plus de succès. Et pour cause, il s'agit de véritables hymnes taillés pour la scène ! Des classiques que le public reprend à pleins poumons... Par contre, aucun extrait de "Years of secrets" (2002) qui renferme pourtant son lot de pépites. Dommage...
image
Outre les quelques die-hards du groupe agglutinés au premier rang et déjà acquis à la cause du groupe, Dyslesia s'approprie peu à peu le reste du public au gré de l'avancement du concert. Constamment au contact des fans, le chanteur se positionne toujours sur le devant de la scène, haranguant régulièrement la foule ou escaladant les retours dans des positions parfois inconfortables qui lui vaudront d'échapper de justesse à un stage-diving involontaire !!!
image
Voici donc un concert qui, à défaut d'être parfait (la voix étant notamment un peu trop en retrait), voit le groupe repartir à l'assaut de son public... Souhaitons qu'avec les dates à venir, il se montre toujours plus convaincant sur scène et qu'il regagne, dans les prochains mois, la popularité qui était la sienne auparavant et une place de choix à la tête de la scène Heavy française (ce qu'il mérite amplement) !




FIREWIND

Setlist:
Intro «Steeler» (Radio Zap) / Into The Fire / Head Up High / Kill To Live / Angels Forgive Me / Silent Code / Drum Solo / Circle Of Life / Instrumental!! / My Loneliness / Mercenary Man / Till The End Of Time / Between Heaven & Hell
Rappels: Maniac (cover Michael Sembello) / Falling To Pieces


Quelques minutes d'attente, le temps d'effectuer un changement de plateau pour installer le matériel de la tête d'affiche, et le public scande le nom de Firewind... Après une intro pour le moins étrange et délirante (un zapping radio relatant les exploits des membres du combo), le groupe débarque sur scène sous les acclamations d'un public chauffé à blanc et, fort heureusement, plus étoffé qu'en début de soirée...
image
Quelques secondes suffisent pour réaliser que les grecs sont parfaitement rôdé à la scène : ils nous délivrent un set carré, irréprochable sur le fond comme sur la forme. Apollo Papathanasio (chant) s'avère être un excellent frontman : arpentant la scène de long en large, jouant avec son pied de micro, il va constamment chercher son public, le sollicitant pour reprendre en chœur les refrains, battre le rythme ou se manifester de la manière la plus puissante possible...
image
Mais Gus G. (guitare) et Bob Katsionis (guitare/claviers) ne sont pas en reste ! Se tenant généralement sur le bord de la scène, à quelques centimètres seulement du public, les deux compères font le show ! Ils assurent avec brio leurs solis impressionnants (Bob se fendra même d'un double solo guitare/claviers en simultané) et prennent régulièrement la pose, telles de vraies 'rockstars', pour le plus grand plaisir des photographes et des fans présents. Ces derniers échangent d'ailleurs régulièrement des poignées de main avec les 3 'frontmen' du groupe entre chaque titres... On s'étonnera, cependant, de la position plus en retrait du bassiste, qui restera vers l'arrière de la scène durant tout le concert. Un grand timide ?
image
En ce qui concerne la setlist, elle met majoritairement en avant les morceaux issus du dernier album du groupe, "The Premonition" (8 titres sur 14). Ce qui paraît évident vu qu'ils en assurent la promotion sur cette tournée. Et que ce soit le puissant "Into The Fire" balancé d'entrée de jeu, "Head Up High" et ses relents à la Ronnie James Dio, la ballade "My Loneliness", ou le hit "Mercenary Man", chacun de ses nouveaux morceaux gagne en puissance sur scène et se montre particulièrement accrocheur. Pour autant, les classiques des précédents opus ne sont pas oubliés et sont de la partie : "Kill To Live" (extrait de Forged By Fire), "Between Heaven And Hell" (de l'album du même nom), ainsi que "Till The End Of Time" et "Falling To Pieces" (tiré d'Allegiance). De véritables hymnes qui font mouche en live, à la grande joie du public présent.
image
Au niveau des surprises, les grecs nous en ont réservés quelques unes, dont un solo de batterie débridé de la part de Mark Cross, et un instrumental exceptionnel qui donne à chaque membres du groupe un espace de libre expression délurée !!! Mais ce n'est pas tout... Firewind finira de se mettre le public dans la poche à l'entame du premier rappel : "Maniac", une cover du film Flashdance. Le titre est ici présenté dans une version "Rock" assez jouissive qui lui sied à merveille et fini d'achever un public surexcité !
image
Avec le concert de ce soir, plus dynamique et plus entrainant que lors de ses précédents passages en France, Firewind montre l'étendue de ses talents et prouve qu'il est indéniablement l'une des valeurs sûre de la scène Heavy européenne. Le fait qu'ils bénéficient enfin d'une tournée en tête d'affiche est donc amplement méritée, d'autant que l'énergie et plaisir qu'il communique à son public sont présents du début à la fin du set, sans aucune baisse de régime... Espérons, alors, qu'ils puissent revenir très bientôt chez nous, face à une audience encore plus conséquente, car un "show" de Firewind vaut réellement le déplacement !




Pour finir, un grand merci à My Reference Events et au Marché Gare pour avoir organisé cette soirée placée sous le signe du Heavy Metal, avec des prestations réussies de groupes aussi talentueux que sympathiques... Vivement la suite !




PS: quelques photos supplémentaires de la soirée ci-dessous...
Toutes les photos du Report sont l'œuvre de The Inner Circle !

Holy Pain

image

Kiuas

image

Dyslesia

image

Firewind

image

image

image

image

image

image

image

image
Membre
Merci pour ce bon report!

On ne peut alors souhaiter qu'une seule chose : vivement un nouveau passage en France !


oooooooooooouuuuuuuuuuuiiiiiii!!!!!! lml

Le 21 Novembre 2008

Team Heavylaw
Ptain clair... qu'est-ce que c'était bon Kiuas quand même sur scène :D Pour sûr ça t'aurais plu :P

Le 21 Novembre 2008

Heavylaw 3.6 | a propos | nous contacter | Design bannière par JP Fournier